Paysagiste et Jardinier sur Toulouse (31)
11 Allée Ville Tarn Auzeville-Tolosane
Lun-Ven: 08:00 - 18:00
20 Mar 2024
JJBIO galerie jardins potagers

Faire un potager Bio dans son jardin à Toulouse

Jardinier expert en potager bio à Toulouse

Jardinier expert en potager bio à Toulouse

J’ai crée l’entreprise JJBIO diplômé en maraîchage bio de plein champ. J’ai continué en tant que jardinier paysagiste éco responsable à Toulouse. Spécialisé dans les potagers bio à la maison, nous sommes titulaires du Certiphyto. À cela, nous possédons les bonnes pratiques du jardinage, les pratiques du zéro phyto, la lutte biologique intégrée. De plus, nous ajoutons la gestion différenciée des espaces verts, la taille raisonnée et l’herbicyclage qui sont notre charte qualité de jardinier paysagiste éco responsable.

Technique potagère

Comment faire un potager Bio à la maison ?! Et oui, c’est possible ! Depuis maintenant 15 ans je coache des futurs jardiniers toulousains à chaque printemps passionné comme moi par le jardinage. Vous trouverez sur mon site des photos de nos réalisations de potagers fais chez mes clients toulousains. Vous y voyer des cultures de tomates, courgettes, aubergines, poivrons, piments doux des landes. Avec également les fleurs compagnes indispensables comme les tagettes, les capucines entre autres. Il y a eu aussi pas mal de carrés potagers que je fabrique et qui sont installés dans plusieurs ambiances paysagères. Enfin,c’est en 2011que j’ai lancé le concept de handi-jardinage qui est un marché de niche en fabriquant des jardinières PMR. Pour cela, j’ai appris la menuiserie que j’ai mise àprofit des personnes en situation de handicap. Car je voulais un jardin pour tous. Sauf grave intempérie je m’engage auprès de mes clients sur une belle récolte chaque année.

Au fil du temps et des saisons, je déroule 8 étapes ; la préparation du sol, l’assolement, l’implantation du réseau micro-irrigation, le choix des plans bio et des plantes compagnes, la plantation, le paillage, les soins aux plantes et enfin la récolte et sa quantification.

Les amendements du potager bio

Les composts

Eh oui rien de tels que la fabrication d’un bon compost nourricier maison avec les épluchures des fruits, des légumes, coquilles d’œuf si possible bio que nous y ajoutons régulièrement. Nous y mettons les fleurs fanées du jardin et surtout du brun (feuille mortes végétaux secs, brindilles…) Le composteur idéal est en bois (douglas) est mesure 1 m3, il est alimenté chaque semaine par un sot de 20 L de déchets végétaux, le cycle est de 1 an. Le remuer de temps en temps et l’humifier légèrement l’été et l’alchimie s’opère toute seule

Enfin le second type de compost est celui qui servira d’amendement organique. Il est naturel riche en matière organique attesté Ecocert intrants et utilisable en agriculture biologique. On n’en rajoute en fonction du terroir afin d’alléger et favoriser la biodiversité du sol. Surtout sur nos terres toulousaines souvent très argileuse. Généralement on peut le trouver en vrac comme vu dans la vidéo à un prix du coup très faible par rapport au sac en jardinerie. Il est bon de connaitre le pH de votre sol. Le pH, ou potentiel Hydrogène, c’est un indice qui permet de mesurer le taux d’acidité. Dans tous les cas nous pouvons le ré équilibrer.

L’idéal est d’y rajouter du fumier de cheval que l’on peut aller chercher dans les clubs hippiques ou bien en sacs.

Conclusion

Vous pouvez également regarder la vidéo de ma chaine You tube 

Si vous avez des questions techniques ou bien si vous êtes intéressés par nos techniques, n’hésitez pas à nous contacter.

19 Oct 2023
JJBIO Prunus

Soins des plantes Toulouse 31

La phytopathologie

Soins des plantes Toulouse 31 est une prestation de service avec premier diagnostic téléphonique gratuit. Si vous avez des plantes, des arbres malades, nous pouvons vous aidez et porter un premier diagnostic gratuit. Ainsi, pour les cas plus difficiles, nous travaillons en partenariat avec un docteur en phytopathologie. Par la suite, il établit un rapport d’expertise puis nous intervenons pour prodiguer tous les soins prescris.

Parfois, l’aide d’un expert est nécessaire pour sauver un végétal auquel vous tenez. Ce spécialiste de la biologie végétale, étudie les maladies des plantes. Il cherche les causes biologiques (les organismes pathogènes) et environnementales (les effets de la pollution) et il en décrit les symptômes et les modes de contagion.

Prestation de soins aux plantes

Pour mieux comprendre de quoi il s’agit, nous vous présentons le plan d’une synthèse d’une de nos interventions avec notre spécialiste. Nous avons enlevé le données techniques.

Rapport du spécialiste

Premièrement, le docteur établit un rapport d’expertise. Pour illustrer la démarche, nous  nous appuyons sur un exemple récent que nous vous présentons ci-dessous. Il s’agit d’une affection d’un arbre qui présente un dépérissement. Voici le plan du rapport ci-dessous.

l’objet de l’étude : Cette mission a pour but d’apprécier l’état sanitaire du Prunus pissardii  d’une cour et de proposer d’éventuelles mesures de protection.

Le mode opératoire : Il décrit toutes les observations ici le collet de l’arbre, celle des branches et des feuilles ainsi que les conditions de cultures. Pour ces trois parties, chaque symptôme est minutieusement décrit et justifié.

Etat de l’art sanitaire : Ensuite, au regard de l’état de l’art sanitaire , des préconisations sont énoncées.

Justification des résultats   Puis des photos sont faites  et chaque relevé est justifié sur la plante, son environnement, ses conditions de cultures.

Préconisations : Enfin, les préconisations sont faites par ordre de priorité.

Service intervention curative JJBIO et suivi

Après votre appel, nous nous déplaçons pour analyser l’affection de la plante et nous vous proposons un protocole de soins immédiat. Puis, nous l’exécutons et restons en contact pour suivre l’évolution. Seulement, pour les cas plus difficile, nous appliquons les préconisations du docteur spécialisé et nous suivons l’évolution de la guérison de la plante.

Conclusion

N’hésitez pas à nous contacter dés les premiers symptômes, car parfois trop attendre condamne la plante.
20 Juil 2022
JJBIO-conseils-entretien-jardin-ete

Nos conseils jardin avec le départ en vacances d’été

Interview de JJBIO par le journaliste Elsa Péault le Publié le 

Nos conseils jardin avec le départ en vacances d’été ; il est important d’adopter les bonnes pratiques pour maintenir vos plantes et votre jardin en forme pendant votre absence. La Dépêche du Midi vous livre quelques conseils.

Les grandes vacances arrivent à grands pas et vous allez sans doute vous absenter pendant plusieurs semaines. Comment préparer votre jardin à votre absence ? Julien Goy, jardinier bio et paysagiste à Toulouse (Haute-Garonne) livre quelques conseils à La Dépêche du Midi.

Tondre son gazon haut

Pour les particuliers qui possèdent des pelouses, et qui souhaitent garder un gazon bien vert, le professionnel préconise de tondre haut. « Cela aura pour effet de maintenir la fraîcheur ».

Arroser la nuit

Toutes les plantes n’ont pas les mêmes besoins en eau. « Certaines plantes n’ont pas besoin de beaucoup d’eau l’été. Ce sont les plantes xérophytes », détaille le spécialiste. « Comme les plantes méditerranéennes, les palmiers, les agapanthes… » D’autres ont, au contraire, besoin de plus d’eau, et peuvent, sans arrosage, mourir en cas de canicule. « Ce seront plutôt les jeunes plantes ».

Pour ceux qui ont un arrosage programmable, il est ainsi recommandé d’arroser en fin de nuit. « C’est à ce moment que l’on économise le plus d’eau, car c’est là qu’elle s’évapore le moins. Et que l’on attire le moins les moustiques ».

Mettre des oyas

Alternative à l’arrosage à programmer : les oyas. « C’est une petite poterie, qui date du Moyen-Age, et qui diffuse l’eau par porosité, au pied de la plante », explique Julien Goy. « En plus, c’est décoratif ». Les oyas se trouvent dans toutes les grandes jardineries. « Il y a des oyas à planter, pour des bacs par exemple, et d’autres à enterrer, de plus grande dimension, que l’on peut mettre dans les jardins ».

Installer un système de goutte à goutte

Les systèmes de goutte à goutte, également appelés systèmes de micro-irrigation, sont également une bonne alternative. « C’est économique en eau et cela permet de compenser le manque d’eau l’été quand on part. On peut les programmer au bon moment, et la durée qu’il faut ».

Recourir au paillage organique

Autre solution, plus naturelle, plus simple et moins onéreuse : le paillage organique. « Il s’agit de mettre une couche de copeaux de bois par exemple, au pied de la plante, afin de maintenir l’humidité ».

Il existe différents types de paillage organique. « Si l’on parle de jardins d’ornement, on mettra plutôt des copeaux de bois, des broyats. Pour les jardins potagers, ce sera plutôt de la coque de cacao ou de la paille naturelle », détaille le jardinier.

Utiliser l’ombre

Ne pas hésiter également à utiliser l’ombre. « Déplacer ses plantes en bac dans les zones protégées du soleil peut être une bonne idée ».

Faire intervenir un jardinier

Enfin, solution plus onéreuse mais sans risques, les particuliers peuvent faire intervenir un jardinier afin d’entretenir leur jardin pendant leur absence. « Nous sommes là pour aider les gens, notamment s’ils partent longtemps », rappelle Julien Goy.

Et la taille ?

À savoir qu’à partir d’une certaine température, les plantes bloquent leur système végétatif. « D’une manière générale, je conseille donc de ne pas tailler l’été. Il faut mieux le faire après la poussée printanière. Ou alors en fin d’été, à l’automne ou en fin d’hiver ».

En bref : Nos conseils jardin avec le départ en vacances d’été

Beaucoup de bon sens, pas difficile à mettre en œuvre. Votre jardin profitera également de vos vacances.

04 Juil 2022
JJBIO Arrosage

Jardinage : arrosage, paillage… nos conseils pour préserver vos plantes de la chaleur

Article de la Dépèche publié le 18/06/2022 à 07:01 Interview de Julien GOY JJBIO Article du journaliste Robin Serradeil

le sujet : Jardinage : arrosage, paillage… nos conseils pour préserver vos plantes de la chaleur

Lien de l’article : https://www.ladepeche.fr/2022/06/17/jardinage-arrosage-paillage-nos-conseils-pour-preserver-vos-plantes-de-la-chaleur-10372302.php

Jardinage : arrosage, paillage… nos conseils pour préserver vos plantes de la chaleur

l’essentiel Les fortes chaleurs sont de retour en France ! Il est important d’adopter les bonnes pratiques pour maintenir vos plantes et votre jardin en bonne forme. La Dépêche du Midi vous donne quelques conseils. 

Des températures caniculaires en plein mois de juin : en cette année 2022, votre jardin et vos plantes sont à la merci de fortes chaleurs, bien plus tôt que d’habitude. Dans ce contexte, il est important d’adopter les bons réflexes pour les maintenir en forme. La Dépêche du Midi s’est tournée vers un expert en jardinage pour vous aider à adopter les bonnes pratiques en cette période de canicule.

Chaleur : quelles plantes en souffrent le plus et le moins ?

Les végétaux souffrent de la sécheresse mais pas tous ! Ceux qui résistent le plus à ces températures caniculaires sont les plantes méditerranéennes comme les lavandes ou les cyprès. En revanche, les plantes dites « de bruyère » (comme les camélias et les plantes acidophiles) sont plus exposées.

A lire aussi : Jardinage : le haricot d’Espagne… Un haricot magique ?

Dans ce contexte, « c’est surtout aux jeunes plantes qu’il faut faire attention, explique Julien Goy, jardinier bio et paysagiste à Toulouse (Haute-Garonne) chez JJBIO. Les plantes installées depuis plusieurs mois vont s’en sortir, mais les plantations qui ont été réalisées au printemps ont vraiment besoin d’être suivies le premier été ». En ce sens, évitez de planter en été, et préférez l’automne pour ces opérations : « Les plantes ont plus de temps pour s’enraciner et pour se préparer à l’été qui suit ».

Comment se rendre compte que votre plante souffre de la chaleur ?

Il faut être particulièrement attentif aux signaux que vous envoie votre jardin. Sur les plantes qui en sont dotées, « le feuillage est un bon indicateur de sécheresse, décrit Julien Goy. On peut par exemple s’en apercevoir sur les feuilles de bambou : on peut ainsi observer un enroulement foliaire : les feuilles vont s’enrouler sur elles-mêmes, c’est un signe de sécheresse.

A lire aussi : Jardinage : pourquoi ne pas tenter le pâtisson pour remplacer les courgettes ?

Dans la plupart des cas, les plantes souffrant de sécheresse vont commencer à s’affaisser sur elles-mêmes : « C’est le cas par exemple des lauriers roses, qui sont en temps normal assez résistants à la chaleur ».

Quelles solutions pour préserver votre jardin ?

L’objectif en période de fortes chaleurs, c’est d’arroser votre jardin et de faire en sorte que celui-ci retienne l’humidité que vous lui procurez. Pour cela, plusieurs solutions existent :

Le paillage :

l s’agit là d’une méthode naturelle. En utilisant du broyat, des paillis organiques (que l’on peut retrouver dans les jardineries classiques) et même des coques de cacao, vous maintenez l’humidité au pied de vos plantes. En ce qui concerne les plantes d’ornement, vous pouvez également utiliser des copeaux de bois.

La micro-irrigation

C’est le fameux goutte-à-goutte ! Grâce à cette technique vous savez précisément quelle quantité d’eau vous apportez à votre plante. Pour mettre au point un système de micro-irrigation, il suffit d’avoir un point d’eau et d’y installer un réducteur de pression. L’eau passe alors dans des tuyaux spécifiques. Ajoutez un goutteur au pied de la plante, et ça fonctionne. Vous pouvez également en fabriquer un à partir de bouteilles en plastique : de très bons tutoriels sont publiés en ligne.

Forcément, en cette période caniculaire, un arrosage intelligent et maîtrisé de vos plantes sera d’autant plus nécessaire. Il faut avant tout choisir le moment opportun : « La meilleure période pour arroser vos plantes, c’est à 4 heures du matin, en fin de nuit. C’est à ce moment-là que vous avez le moins d' »évapotranspiration », explique Julien Goy. C’est là que vous économisez le plus d’eau et que la plante est la plus réceptive. Si vous arrosez tard le soir, il y aura de l’évaporation et vous risquez d’attirer les moustiques. »

A lire aussi : Jardinage : tentez les achillées, des plantes tout-terrain

Vous pouvez également opter pour des brumisateurs : « C’est bien dans les serres, les espaces clos, type jardineries. C’est utile uniquement pour les plantes qui captent l’eau par le feuillage. Ça reste cependant très limité… », ponctue l’expert.

Et pour ceux qui ont un balcon ?

Retour aux bonnes idées… du Moyen-Âge ! Les oyas, des poteries d’époque peuvent vous servir ! Il vous faut les remplir d’eau et les poser au pied de la plante : par porosité, l’eau est ensuite diffusée. « C’est un outil très pratique pour celles et ceux qui n’ont pas de points d’eau sur leur balcon », conclut le jardinier.

10 Jan 2022
La fleur Daphné

Floraison hivernale et parfum enivrant Le Daphné

Le Daphné Article JJBIO

Son subtil parfum

C’est complètement par hasard que je fis la découverte de ce petit arbuste. En plein hiver, marchant dans la rue, un parfum fleuri et exotique puissant m’attira près d’un massif au pied d’un immeuble. C’est alors que je rencontre le Daphné, de la famille des Thyméléacées. Il porte l’avantage, en plus de son subtil parfum, d’offrir une ravissante floraison, générosité rare à cette époque de l’année.

La beauté des fleurs embellira votre entrée cet hiver

Les Daphnés apportent de la luminosité dans les jardins, ses fleurs très nuancées du blanc au rose pourpre s’épanouissent en très grand nombre durant de longues semaines. Ils se plairont avec une exposition nord, ombre, mi ombre, mon conseil étant de les mettre au plus près de votre porte d’entrée afin de profiter un maximum de son odeur enivrante. Lors de nos entretiens avec les clients qui souhaitent un aménagement paysager, nous proposons le Daphné peu connu. Après une saison ils sont tous ravis de cette acquisition dans leurs jardins. 

La plantation du Daphné

Concernant la plantation, il conviendra de la faire en automne ou printemps (hors période de gel ou canicule). Ces plantes préfèrent les sols neutres ou légèrement acides avec de l’humus et très bien drainés. Avec un paillage de coques de cacao, vous maintiendrez les racines au frais tout en ajoutant une petite touche esthétique.

En résumé, le Daphné a du panache

Benjamin